Retrait de Valsartan : la conduite à tenir

Certains médicaments à base de Valsartan ont fait l’objet d’un retrait de lot suite à un défaut de qualité.  L’ANSM rappelle qu’il n’y a pas de risque aigue, et qu’il ne faut en aucun cas arrêter son traitement. Votre pharmacien vous remettra une boite non concernée par ce défaut de fabrication.

Le Valsartan, un médicament contre l’hypertension

Le valsartan est un médicament de la famille des inhibiteurs de l’angiotensine II. Cette substance qui agit naturellement dans le corps pour contracter les artères permet une augmentation de la pression artérielle afin de diffuser le sang oxygéné. Le Valsartan agit en bloquant l’action de cette substance et fait donc baisser la tension, prévenir les complications après un infarctus ou un AVC, ou encore dans le traitement de l’insuffisance cardiaque.

Un défaut de matière première

Comme tout médicament, les contrôles sont permanents à tout niveau de la chaine de fabrication jusqu’à la distribution en pharmacie. La matière première venant d’un producteur de valsartan et alimentant de nombreuses entreprises de fabrication de médicament a été découvert. Il s’agit de la N-nitrosodiméthylamine (NDMA), molécule présente dans l’air, l’eau et le sol en petite quantité. Cette substance est malgré tout classé cancérigène probable par le CIRC, au même titre que la viande rouge. De ce fait, l’ANSM a rappelé tous les lots de médicaments à base de valsartan issu de ce fabriquant.

La conduite à tenir

Il ne faut surtout pas arrêter son traitement ! Son arrêt serait dangereux, il n’y a aucun risque aigue à prendre ce médicament. L’ANSM va évaluer le risque d’une consommation à long terme de cette substance et évaluer si les patients on encouru un risque et depuis quand. Votre pharmacien vous remettra une nouvelle boite de médicament à base de Valsartan non concerné par ce problème. Un numéro vert à été mis à disposition des patients (0800 97 14 03) mais votre interlocuteurde prédilection est votre pharmacien !

Pour en savoir plus, retrouvez l’information sur le site de l’ANSM www.ansm.fr

Dr Xavier MOSNIER-THOUMAS